21 Avril 2013

Le Marathon de Londres big-ben-150x150rue-150x150

Courir le marathon de Londres était une expérience formidable. Tout d’abord, je dois avouer avoir eu beaucoup de chance d’obtenir un dossard. Refusée au tirage au sort, je fais fonctionner mes connaissances et obtiens tout de même un numéro grâce à un ami qui travaille dans le milieu du sport. Je cours en tant que « britannique », mais je suis acceptée et heureuse !

Le marathon de Londres a suivi la tragédie du marathon de Boston d’une semaine. Trente secondes de silence ont été respectées en l’honneur des victimes. Ces trente secondes ont été particulièrement émouvantes d’autant plus qu’elles concernaient plus de 40 000 personnes en même temps dans un même lieu. Cette marque de respect restera gravée dans mes souvenirs.

Vous connaissez certainement l’appellation « grands marathons », les « World major marathons ». Ils sont au nombre de six et ont pour but de motiver et d’encourager les élites à participer à des compétitions.  Cette appellation est née en janvier 2006 et réunissait Chicago, Boston, New York, Londres et Berlin. Tokyo a rejoint les grands noms en 2013. Parmi les règles qui s’appliquent pour être déclaré « grand marathon », il faut que la course soit historiquement âgée d’au moins 25 ans et qu’elle soit organisée par un pays industrialisé qui assure un relais médiatique de qualité ainsi que l’assurance d’avoir un public important et une inscription d’au moins 300 000 participants. La ville doit générer de gros bénéfices et assurer la levée de larges donations à des associations charitables.

http://worldmarathonmajors.com/US/about/

Il s’agissait pour moi de mon premier « grand » marathon et du lancement d’un nouvel objectif : participer à tous les grands marathons proposés.

Le temps était parfait, la foule au rendez-vous, l’organisation sans reproche.

Pas de doute, à Londres les gens sont entraînés ! Ils courent dans les parcs, dans les rues. Ils courent à bonne allure, même avec un sac assez large sur le dos. J’en déduis vite que certaines personnes quittent ou se rendent au travail en courant et se changent une fois sur place.

Les parcs sont nombreux et agréables.

parc-2-150x150  parc-londres-1-150x150

Ville propre, ville dynamique, Londres est organisée et malgré le coût de la vie plutôt cher, elle attire beaucoup de touristes. On parle français à chaque coin de rue et dans toutes les boutiques.

Le retrait des dossards est rapide, le village expo un vrai bonheur. Ma fille, qui m’accompagne pour ce séjour londonien, compare l’endroit à une sorte de « Disneyland du coureur ! »… Elle n’a pas tort.

londre-village-expo-150x150 gigi-village-expo-150x150

Le parcours du marathon est jalonné d’une foule de gens qui encouragent les coureurs. Les 42,195 km se parcourent sous les applaudissements et encouragements, pas une seconde de répits.

marathon-londres-1-150x150  certif-londres-150x150

Portée par le rythme des nombreux coureurs, je ne réalise pas tout de suite que mon temps à l’arrivée est de 4h00’13″… j’avoue que j’aurais pu faire un petit effort pour passer sous les 4h. Mais je ne suis pas déçue : l’ambiance était du bonheur pur, la médaille est superbe et je n’ai pas eu de courbatures !

Pour la petite anecdote, ce jour-là, le record du marathon de Londres a été battu. C’est l’Éthiopien Tsegaye Kebede et la Kényane Priscah Jeptoo qui remportent l’édition 2013. En 2h06’04″, Kebede bat le précédent record qui était de 2h06’33″. 

http://www.athlemaniac.fr/marathon-de-londres-2013-kebede-et-jeptoo-sadjugent-le-titre/1214

finisher-150x150  marathon-londres-3-150x150

pas de réponses

Laisser un commentaire

Basketbelgique |
Footshirt2013 |
Oakland Raiders News blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Blogtest32140
| Leblogduparieur
| Limportancedelavie